J’ai testé Ma Première Box (sponsorisé)

27 jan

IMG_4398

J’ai eu l’occasion de tester comme cadeau de naissance « Ma Première Box » pour la naissance de Victor. Le concept original de cette box est de proposer des « boîtes aux trésors pour les bébés et leur maman ». Les box sont composés de basiques : un doudou en coton aux imprimés rétro, un lange en coton ultra doux et une couverture au point mousse, mais aussi de produits originaux et rigolos dénichés au gré des envies et des trouvailles des fondatrices.

J’ai pour ma part opté pour la box Jacques composée de :

♥ une box qui servira de rangement utile pour les objets à garder
♥ un doudou « Jacques » 100% jersey de coton
♥ une couverture gris souris (50% laine, 50% acrylique)
♥ un petit carnet Bakker
♥ trois badges super mignons
♥ une carte déco à messages rigolos

IMG_4392

IMG_4393

Les doudous ont été dessinés par Marta Hryniak, une artiste Polonaise, créatrice de poupées. Ces doudous aux yeux remplis d’étoiles, ont un air chic et rigolo avec leurs tissus rétros et leurs noeuds papillon disproportionnés. A câliner sans modération !

« Ma Première Box » existe en différents formats (petit coffret, grand coffret ou édition limitée / fille, garçon ou mixte) pour un budget allant de 40€ à 120€ pour les éditions limitées. De plus, les box sont joliment emballées dans du papier de soie blanc avec un nœud en coton tressé noir et blanc.

Pour le moment, j’utilise la couverture gris souris lors des promenades dans la poussette, Victor n’a pas encore choisi son doudou, mais peut-être que « Jacques » sera LE doudou, qui sait ! Et il est sûr que l’affichette « Keep calm and call a nanny » finera dans un beau cadre blanc dans la chambre de Victor.

En bref, un concept très innovant avec un condensé d’attentions, une box sans abonnement et livrée rapidement (48heures pour les provinciaux et 3heures par coursier pour les parisiens) que j’ai pris plaisir à découvrir !

Petite ou grande, fille ou garçon, vous trouverez forcément la box qui vous plaît !

( Billet Sponsorisé )

IMG_4399

IMG_4397

Rendez-vous sur Hellocoton !

V comme Victor

26 jan

Le 28 septembre 2015, Victor a pointé le bout de son nez. Certes avec un mois et demi d’avance, mais c’était un prématuré de compétition, avec ses 2,8 kilos de muscles et ses 48 centimètres de talent. D’ailleurs, il n’a été qu’une seule journée dans une couveuse, histoire de savoir si Victor savait réguler sa température par lui-même. Ce fut le cas.

C’est avec (un petit peu) de retard que je vous annonce avec plaisir sa naissance. L’arrivée d’un petit nourrisson a chamboulé toute notre petit vie, d’autant plus qu’avec son arrivée surprise, sa chambre n’était pas encore prête et notre valise de maternité, non plus… C’est François qui a du la faire en catastrophe le lendemain matin.

Après bientôt quatre mois, Victor s’éveille de plus en plus, rigole et rit aux éclats, fait ses nuits depuis presque deux mois. Ces premiers mois ont été entachés par un gros RGO détecté chez Victor ainsi que de grosses crises de colique qui ne se sont malheureusement pas apaisées, malgré des tas de traitements testés et pas forcément approuvés. (Calmosine, Debridat, Biogaia, massages, porte-bébé…)

Dans bientôt un mois, je vais reprendre le travail, j’ai eu la « chance » d’accoucher le premier jour du début de mon congé maternité, donc j’ai pu profiter de mes 16 semaines de congé pour m’occuper à temps complet de mon bébé.

Malgré tout ça, j’appréhende quelque peu l’entrée en crèche de Victor. Il aura presque cinq mois pour son entrée, prend quatre repas par jour, fait ses siestes, et dans une semaine avec l’accord du pédiatre nous allons commencer la diversification alimentaire. Mais j’ai comme un petit pincement en écrivant ses quelques lignes, car je n’ai jamais laissé Victor toute une journée sans m’occuper de lui. Ça va faire tout drôle.

Mais ça, c’est une autre histoire !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le jour où j’ai été déclarée comme MAP

10 sept

Il y a quelques jours, je suis tranquillement partie à la visite du 7ème mois de grossesse à la clinique.

Comme d’habitude, on relit mon analyse sanguine mensuelle : rien d’anormal ; toujours pas de toxoplasmose ni de diabète. On passe de l’autre côté du cabinet où je me pèse et on passe à l’examen clinique…

Et là c’est la catastrophe.

La gynécologue commence à m’expliquer que mon col est ouvert d’un doigt, qu’elle sent la tête du bébé lors du toucher et que je dois donc passer un monitoring en urgences. (Glamour, bonjour)

Je me sens toute perdue car je n’ai rien senti du tout. J’attends donc dans la salle d’examen et on me pose les sondes du monitoring pour mesurer les contractions utérines et le battement cardiaque du bébé. L’examen dure 45 minutes et j’ai 5 contractions.

La décision n’est pas bien longue à prendre par la sage-femme et l’obstetricienne. Je passe de l’autre côté de la barrière et suis hospitalisée pour 48 heures.

Je suis à seulement 32 semaines d’aménorrhée et il est trop tôt pour le bébé de naître. On me déclare comme « MAP », menace d’accouchement prématuré.

Je subis le protocole Adalate sur 48 heures pour stopper le travail et donc les contractions. On me fait deux piqûres de corticoïdes pour accélérer la croissance des poumons du bébé.

Le traitement fait effet rapidement, je ne ressens qu’uniquement de toutes petites contractions.

Les consignes pour la suite du respect du protocole : repos strict à la maison, pour une duree d’un minimum de trois semaines.

Il faut que j’arrive à tenir jusque là… Il est encore trop tôt…

D’ici trois semaines, je serais à 33 semaines d’aménorrhée et mon bébé ne serait plus considéré comme prématuré. Ses poumons seraient formés et le réflexe de succion/déglutition serait arrivé à maturité.

J’ai eu un début de grossesse parfait, pas de nausée, pas de fatigue fulgurante, ni d’envie rocambolesque.

Pas de maux de femme enceinte, juste un mal de dos avec le nerf sciatique qui me joue des tours de temps en temps. J’ai continué mon rythme de vie normalement (travail, voiture, marche, sorties avec François et amies, courses…) et je le regrette dorénavant.

Il m’a été fait une foulée de tests (prise de sang, analyse d’urine, et prélèvements) pour déterminer la raison de la prématurité du travail. J’attends les résultats mais la sage-femme m’a expliqué que dans la plupart des cas de « MAP » les raisons restent pour la plupart inconnues.

Je vous dis à dans trois semaines…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ces phrases qui accompagnent ma grossesse…

20 août

 

grossesse

Depuis le début de ma grossesse, il existe bel et bien des phrases récurrentes qui reviennent au détour d’une conversation… Voici un petit florilège rien que pour vous !

♥ je peux toucher ton ventre ? Ou comment trouver un subterfuge subtil pour ne pas blesser la personne et répondre « non » à cette question… C’est à dire que je n’aime pas particulièrement que l’on me caresse le ventre en général et ce n’est pas en étant enceinte que ce sentiment s’est subitement agrandi.

♥ est-ce que tu vas allaiter ? Et bien non. Je ne me sens pas capable d’allaiter et avec François, on a choisi d’un commun accord de donner le biberon au baby. Croyez-le ou non cette question a été synonyme de vives tensions auprès de certaines personnes réactionnaires qui pensent mieux savoir que vous.

♥ est-ce que vous avez trouvé un prénom ?   Oui, nous avons eu un coup de cœur partagé pour le prénom Victor après moult débats et je ne sais même plus si c’est François ou moi qui avons proposé ce prénom.

♥ alors fille ou garçon ? Garçon ! Je voulais une fille et François voulait un garçon, mais au final je suis très contente du sexe du bébé. Et puis on dit toujours que les garçons sont plus proches de leur maman que de leur papa !

♥ tu as pris combien de kilos ? Est-ce que vous poserez comme question « combien tu pèses ? » à une femme qui n’est pas enceinte ? Je ne pense pas !  Car c’est une question plutôt intime… Mais pour répondre aux curieux, je suis à + 7 kilos pour 7 mois de grossesse. Je ressemble à une baleine et j’ai envie de pleurer à chaque fois que je monte sur la balance… Mais j’ai de la chance d’avoir une gynécologue qui est plutôt laxiste sur ce sujet.

♥ avec ou sans péridurale ? AVEC ! Je suis une grosse douillette. Je crois être la personne avec le plus petit seuil de résistance à la douleur et comme c’est un premier accouchement et que je n’ai pas la moindre idée de la douleur que peut provoquer une contraction, je peux vous dire que si l’anesthésiste me propose la péridurale, je ne me ferais pas prier.

t’as mangé trop de soupe ? Je me devais de partager cette question avec vous car c’est en allant chercher la sœurette de l’homme à l’aéroport de Lille qu’un papy (que je ne connaissais ni d’Ève ni d’Adam) nous a abordé l’homme et moi en fixant mon ventre et en me demandant si j’avais mangé trop de soupe. Non, non, je suis juste enceinte !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Faut-il ouvrir une liste de naissance ? (sponsorisé)

13 août

Je pense que l’on se pose toutes au moins une fois cette question durant notre grossesse : faut-il ouvrir une liste de naissance ?

Une liste de naissance permet de regrouper les besoins en équipement pour bébé et de les partager auprès de la famille et proches, qui souhaitent eux aussi célébrer la naissance de l’enfant.

Cependant, il m’est arrivé de nombreuses fois de me questionner sur la légitimité de cette liste, par peur de mettre mon entourage face à une obligation d’achat parfois élevée (comme la chaise haute, le parc, la chambre du baby…).

J’ai tout de même ouvert une liste de naissance car cela m’a permis de faire le point sur ce qui m’était nécessaire pour la naissance du baby. Car pour une première grossesse, j’étais totalement novice (et je le suis toujours).

Après réflexion, les avantages au fait d’ouvrir une liste de naissance sont nombreux :

♥ on évite les doublons
♥ établir une liste m’a donné l’opportunité de recevoir des cadeaux qui correspondaient à mes goûts
♥ la liste de naissance est soumise à « validation » par des regards extérieurs ; j’avais omis d’ajouter des équipements essentiels (comme un thermomètre de bain ou un transat de bain…) mais j’avais aussi mis des équipements totalement futiles qui ont été pour le coup supprimés de la liste.
♥ une partie de la famille de François et la mienne sont à l’autre bout de la France ; le fait d’ouvrir une liste de naissance sur internet a permis aux deux familles de participer à l’arrivée du baby.

Il en existe de plus pour tous les goûts, vous pouvez faire votre liste de naissance directement dans les magasins dédiés à la puériculture comme Aubert, Autourdebébé… ou vous pouvez la faire sur Internet sur des sites dédiés aux listes de naissance.

J’ai choisi la deuxième alternative, car je trouve le concept assez simple, pratique et ludique. J’ai réalisé ma liste de naissance sur le site mesenvies.fr, car c’est surtout le fait de pouvoir répertorier tous  les objets que l’on peut trouver en ligne provenant de plein de marques différentes qui m’a attiré. De plus, la liste de naissance est personnalisable : on peut modifier l’image de fond, la police d’écriture, les couleurs d’écriture…

Le fait d’avoir ouvert une liste de naissance sur internet me permet aussi de comparer les équipements que je souhaite et de choisir le site marchand le plus compétitif. On dit merci aux codes promotionnels que je chine à droite à gauche. C’est presque devenu une obsession. (au secours).

Sur la liste de naissance, j’ai ajouté 24 objets « essentiels » et quelques coups de cœur. C’est simple, on ajoute librement ce que l’on souhaite grâce à un petit widget que j’ai installé sur mon navigateur internet.

Beaucoup d’objets ont été réservés et la plupart d’entre eux m’ont été livrés à domicile. Encore un bon point !

Et vous, vous êtes pour ou contre l’ouverture d’une liste de naissance ?

( Billet sponsorisé )

Rendez-vous sur Hellocoton !
Page 1 sur 651234...1020...Dernière »