Le jeu des secrets #2

6 Oct

Voici venu le temps des enquêtes et des indices, aujourd’hui je vous l’annnonce : la chasse aux secrets est belle et bien ouverte.

Revêtez votre costume d’Hercule Poirot, prenez vous pour Jessica Fletcher ou Mary Higgins Clark, sortez votre malette digne des Experts, employez un détective privé etc. Vous en mourez toutes d’envie, c’est l’heure de découvrir les secrets de vos blogueuses préférées.

Secret qui par sa définition même n’est pas connu de tous et qui doit rester confidentiel, seulement aujourd’hui on chamboule et on renverse les moeurs communes… Au départ, vous aurez à disposition, trois indices pour chaque secret. Puis au fil des heures grâce à vos recherches et enquêtes, vous disposerez de plusieurs indices supplémentaires.

À vos claviers !

Lire la suite…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Quand je serai grande, je serai astronaute.

4 Oct

astronaute

Petite, je voulais déjà faire tous les métiers possibles et inimaginables, le gêne de l’indécision se baladait en maîtresse de maison dans mon caractère. Puis s’est installé confortablement et n’est plus jamais parti.

Vers l’âge de 7 ans, j’ai voulu d’abord devenir maîtresse d’école. En fait, mon addiction vers les tableaux noirs commençait à se développer de plus en plus avec le temps, je rêvais d’écrire sur le tableau avec une grande craie. Je me souviens même d’avoir piqué un paquet de craie à ma maîtresse (ou bien c’était un rêve, mais personne ne le saura).

Ensuite, j’ai voulu devenir architecte ou architecte d’intérieur. Ça c’était lorsque mes parents faisaient construire leur maison de a à z. Une amie, qui travaillait chez les constructeurs choisis par mes parents, m’avait gentiment donné des plans de maison. Des tas de plans de maison, je les idolâtrais.  Et je les laissais traîner partout, j’adorais les regarder et imaginer quel meuble serait bien ici (un fauteuil design par ci, une table ovale par là …), quelle peinture s’accorderait le mieux pour cette pièce. Je faisais des plans de maison quasi irréalisables (des maisons rondes…), mais j’aimais ça.

Puis j’ai voulu devenir pharmacienne, parce que ma pharmacienne de quartier était super gentille avec moi et surtout parce que j’adorais ce métier. Parler aux personnes, les guider dans leurs soins, chercher des médicaments, RANGER des médicaments. J’en arrivais même à étiqueter des produits de beauté pour jouer avec ma sœur et vendre pour de faux des médicaments.

J’ai aussi voulu devenir assistante maternelle, éducateur jeunes enfants, puéricultrice, auxiliaire de puéricultrice, j’étais dans ma période « je veux m’occuper plus tard d’enfants », tout ce que je voulais c’était travailler dans une crèche, permettre aux enfants de se développer.

Et le lycée a pointé le bout de son nez, les professeurs me cassaient les pieds avec leurs questions sur l’orientation, m’harcelaient sur ce que je voulais faire plus tard. Mais même moi, je ne savais pas ce que je voulais faire, ce que j’allais devenir.

Travailler derrière un bureau ? Travailler en plein air ? Diriger des employés ? Être dirigée ? Parler français, anglais, espagnol ? M’occuper des enfants ? S’occuper des autres ?

Il va peut-être falloir que je me décide, non ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Celle qui faisait un bilan.

26 Août

travail

Aujourd’hui, c’était mon dernier jour de travail en temps que secrétaire médicale à l’hôpital. Pour tout vous dire, c’était mon premier vrai travail (fini les stages, youhou). Le premier saut dans le monde du travail c’était le 7 juillet… et je n’ai pas vu passer ces deux mois, tellement j’étais imprégnée par ce métier.

C’est vrai que j’en ai vu des vertes et des pas mûres, que j’ai failli m’arracher les cheveux à plusieurs reprises, que ce soit pour la prise de rendez-vous, la programmation de bloc, les sauts d’humeur des chirurgiens et infirmières, mais la bonne humeur régnant entre les secrétaires dans le service des consultations a toujours pris le dessus.

Désormais, je suis capable de décrocher mon portable et de dire « les consultations, bonjour » par habitude, je suis capable de vous énumérer un nombre maximum de spécialité en médecine. Je suis capable de vous faire un suivi de grossesse en un claquement de doigt, je suis capable d’arriver en retard au travail, je suis apte à retrouver n’importe quel service dans un hôpital.

Mais je ne supporte toujours pas l’odeur qui règne dans les hôpitaux, je ne prends toujours pas pour autant les ascenseurs, je fais toujours des fautes d’orthographe aux mots médicaux, je n’ai jamais porté de blouse blanche, je frappe uniquement avec deux de mes doigts alors qu’une véritable secrétaire frappe avec ses dix doigts…

Et vous, c’était comment votre été ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai testé le DeoDry de The Body Shop #2 (sponsorisé)

28 Juil

Deodry The Body Shop

L’autre jour, j’étais en période de test grandeur nature pour découvrir si le nouveau déodorant Deodry de la marque The Body Shop allait devenir mon déodrant attitré.

J’ai donc reçu le déodorant bleu en stick rechargeable au parfum Chilled et Breezy (le premier à gauche sur l’image). Côté odeur, cette version est plutôt connotée masculine sans pour autant empêcher une fille de le porter. Je l’ai fait et personne ne m’a reproché de sentir le mâle. En somme, je n’ai ni détesté ni adoré ce parfum, je pense que j’aurai préféré tester la version Fresh et Floral ou la version Cool et Zesty.

Par contre, j’ai vraiment apprécié la version stick du deodry en comparaison avec la version roll-on, car il permet de ne pas rester 2 minutes les bras en l’air en dansant dans la salle de bains, en attendant que le déodorant en bille sèche. Car le déodorant en stick, lui, est directement sec dès l’application.

La composition du Déodry est plutôt nickel, sans pour autant être une professionnel de la composition (je n’ai jamais eu l’habitude de déchiffrer telle ou telle composition quand je choisis un déodorant) MAIS il est sans sels d’aluminium et sans paraben. Ce qui est plutôt sympa pour nos aisselles.

Côté tenue, j’émets un petit doute. Étant donné que j’ai tendance à transpirer sans retenu (pour le côté glamour, on repassera hein) et que le déodorant Deodry est anti-humidité et non pas anti-transpirant, pendant les grosses chaleurs il s’est avéré qu’il n’était pas assez efficace pour moi. Par contre, je l’ai testé tout le mois de Mai quand il ne faisait pas très très chaud, et là il me suffisait amplement.

La quête du déodorant continue.

Lire la suite…

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’ai testé la gelée démaquillante Pomarium (concours)

20 Juil

pomarium

Et j’ai adoré.

Cette gelée démaquillante est une petite merveille à utiliser au quotidien. Elle est ludique avant tout, mais tout aussi gourmande. Quand j’ai senti pour la première fois la gelée démaquillante, j’ai cru que je retombais en enfance, une pomme d’amour à la main.

Pour le côté ludique, c’est simple : l’utilisation de cette gelée démaquillante est étonnante.
1) On applique la gelée sur l’ensemble du visage (en évitant au maximum le contour des yeux, car oui j’ai testé et ça pique)
2) Ensuite on masse délicatement afin d’éliminer le maquillage et toutes traces d’impureté (pollution, microbes et j’en passe et des meilleures). La gelée se transforme alors en huile
3) On émulsionne un peu avec de l’eau, et là (magie magie) l’huile se transforme en lait.
4) Et pour finir le démaquillage, on rince à l’eau claire.

Pour les accros du bio, la gelée démaquillante polysensorielle Pomarium est composée à 100% d’actifs naturels (eau de pomme, extraits de cerise, huile de pépins) et sa composition est 100% naturelle, certifiée écologique et biologique par Ecocert France.

Côté prix, elle est vendue à 21€ pour 125 ml (le pot doit durer quelques mois)

J’ai adoré :
– le côté ludique de la gelée, qu’elle se transforme en gelée, en huile et en lait.
– son odeur gourmande qui donnerait presque envie d’y goûter.
– son efficacité.
– sa composition 100% naturelle et ce même si je ne suis pas une fana du bio.

J’aime moins :
– qu’on ne puisse pas l’utiliser sur les yeux, car sinon c’est yeux rouges assurés.
– le fait qu’elle laisse un film quelque peu gras sur le visage (peut-être que cela vient du fait que j’ai la peau à tendance grasse…)
– qu’on ne puisse pas l’acheter partout.

Lire la suite…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Page 20 sur 67« Première...10...19202122...3040...Dernière »