J’ai passé mon 1er oral dans la fonction publique.

21 Juin

L’autre jour, j’ai participé à un recrutement sans concours d’adjoints administratifs dans la fonction publique.

J’avais trouvé cette annonce de la fonction publique un petit peu par hasard. Mais le hasard fait parfois bien les choses, car je l’ai trouvée quelques jours après une fin de contrat de travail.

J’ai donc envoyé un dossier rempli en bonne et due forme, mais sans peu d’enthousiasme. J’avais peur de me faire évincer dès la première pré-sélection.

Et puis j’ai attendu, oublié un peu ce recrutement sans concours.

Alors qu’elle ne fut pas ma surprise quand j’ai reçu sur mon iPhone il y a quelques jours un email de la Préfecture du Nord. J’ai lu les dizaines de lignes qui me séparaient du résultat le plus rapidement possible.

J’étais admissible pour passer l’oral. J’aurais presque pu faire une petite danse de la joie, mais les circonstances dans lesquelles j’étais ne me l’ont pas permise. Je me suis rattrapée mentalement, ne vous inquiétez pas.

Lundi, j’ai donc passé l’oral. J’étais tellement stressée. Je m’étais préparée mais je n’étais sure de rien.

Lorsque je suis rentrée dans la salle du jury, j’ai senti mon pouls augmenter anormalement. Je me suis installée puis présentée.

Et dès lors, les questions ont fusé.

Quels sont les trois fonctions publiques ? Quel est le préfet du Nord ? Qu’est-ce qu’un tribunal administratif ? Quels sont les juridictions représentatifs en France ? Quel est le sous-préfet de Douai ? Quels sont les droits et devoirs des fonctionnaires ? Qui n’a pas le droit de grève ? Quels textes respectent le préfet ? Donnez-moi la hiérarchie des textes de droit. Et j’en passe et des meilleures.

Apparemment, je suis tombée sur la thématique du droit. Je me suis sentie totalement inculte face à ces jurés face à leur culture et leur aptitude à passer d’une thématique à une autre.

Après calcul, j’ai 10% de chance d’être choisie parmi tous les participants.
Je croise les doigts !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Top Chef, saison 4, au menu.

5 Fév

Hier soir, j’ai retrouvé avec une certaine joie la nouvelle saison de Top Chef, le plus grand concours de cuisine réservé aux professionnels.

C’est comme ça que je suis arrivée à l’affirmation suivante : un lundi soir sans l’émission Top Chef sur M6 ne serait pas véritablement un lundi soir, n’est-ce pas ?

C’est donc confortablement installée dans mon canapé, la télécommande à la main, que j’ai découvert les 16 nouveaux candidats qui vont s’affronter au cours d’épreuves culinaires, que j’ai retrouvé les quatre membres du jury et le chef préféré des français (mon chouchou), j’ai nommé, Cyril Lignac.

Dès les premières minutes, les cuisiniers rentrent dans le feu de l’action. Les 16 candidats sont séparés en deux groupes. Le premier groupe a comme défi de transformer des produits de grande consommation (céréales, cœur de palmiers, surimi, thon vache qui rit, mais, pain de mie, saucisse industrielle) en produit d’exception. Quant au deuxième groupe, leur défi est de transformer une laitue en un plat gastronomique. Puis les 14 qualifiés arrivent dans les cuisines de Top Chef pour faire un plat en trompe l’œil.

Retour sur 3 heures d’émission !

J’ai aimé

♥ le retour de la phrase préférée des chefs « il ne faut pas oublier l’assaisonnement » et de la sentence favorite de Stéphane Rotenberg « Stoooop, on lève les bras ».

♥ les phrases cultes des candidats et des chefs « c’est pas très sexy le thon en boîte », « on est pas venu pour se mettre en mode loulouze », « ce qui a de compliqué dans le soufflé c’est qu’il souffle », « ce qu’on peut reprocher c’est que la saucisse soit pas trop mise en valeur », « faut que ça claque, faut que ça croque », « y’a tout qui se gerbe sur l’assiette ».

♥ les nouveaux défis qui stoppent les épreuves principales et qui permettent à un candidat de se qualifier pour l’épreuve suivante.

♥ la tête des candidats qui se défait quand ils voient les chefs goûter à leurs plats.

♥ l’accent du sud-ouest de Cyril Lignac.

Je n’ai pas aimé

– les coupures pub qui sont vraiment trop longues.

– l’exubérance de certains candidats, qui croient un peu trop vite en leur victoire. Heureusement les chefs sont là pour les faire redescendre sur terre.

– le sponsor de Auchan durant les publicités.

– la durée de l’émission, parfois ça traîne en longueur, surtout lors des présentations des candidats.

– le manque d’humour des candidats, mais il faut dire que Norbert de la saison précédente avait placé la barre très haute avec ses expressions inoubliables.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lettre ouverte aux scénaristes.

27 Jan

(( Attention, billet à haute teneur en spoilers. ))

Chers scénaristes,

Je prends ma plume aujourd’hui pour vous conter un peu mes ressentis par rapport à l’avancée des saisons des séries que je suis.

Vos séries me font toujours sourire, rigoler, sursauter, pleurer, cogiter et spéculer…

The Vampire Diaries, Criminal Minds, Cougar Town, Grey’s Anatomy, How I Met Your Mother, NCIS, Pretty Little Liars, The Big Bang Theory, 90210, 2 Broke Girls, Once Upon a Time, Beauty and the Beast, Revenge, Suburgatory pour ne pas les citer.

Alors, depuis le début de l’année, les étaux commencent à se resserrer pour la plupart des séries. Mais j’aimerais vous proposer quelques ajustements dans le seul et unique but de pouvoir faire avancer l’intrigue dans le sens que j’affectionnerais particulièrement.

Le sens de la fan, en fait.

J’en viendrai presque à mordre mon clavier quand vous orientez l’intrigue comme je l’avais imaginée dans ma tête, mais qu’en fait non.

Alors voici mes propositions :

♥ Shonda Rimes, je vous en supplie : faites en sorte que la grossesse de Mérédith arrive à terme et sans encombre. Faites en sorte qu’elle soit heureuse avec Derek, Zola et son bébé.

♥ Kevin Williamson et Julie Plec : j’espère bien que ni Stefan, ni Damon ne trouveront la cure pour soigner Elena. Elle est beaucoup mieux en vampire qu’en humaine.

♥ Jeff Davis : pourquoi êtes-vous si cruel avec Reid ? Quand il s’agit de sauver le mari de JJ vous êtes là, mais quand il faut sauver la petite amie de Reid, il n’y a plus personne.

♥ Carter Bays et Craig Thomas : faites en sorte qu’on en apprenne un peu plus sur la future femme de Ted. Alors certes, elle est musicienne, a un parapluie jaune. Mais quand est-ce que l’on va voir sa tête ? Ou allez-vous attendre le dernier épisode de la dernière saison pour nous la présenter ?

♥ Andy Reaser : j’espère qu’en fait Tobby a décidé d’enquêter de son côté et sous couverture dans le but de faire tomber A pour sauver Spencer.

♥ Adam Horowitz et Edward Kitsis : j’espère que Belle va retrouver la mémoire et que nouveaux étrangers pourront rentrer dans Storybrooke.

Dans l’attente de découvrir les nouveaux épisodes que vous allez nous réserver, je vous prie d’agréer, chers scénaristes, l’expression de mes sentiments dévoués.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comment les lentilles ont changé ma vie…

18 Jan

Depuis toute petite, j’étais destinée à porter des lunettes de vue, car ne voyant rien de loin comme de près (merci l’addition de la myopie et de l’astigmatisme), il fallait bien que quelque chose m’aide pour corriger ma vision des choses… et des personnes.

Je n’ai jamais rechigné à porter des lunettes, je ne les ai jamais cachées dans le panier de linge sale pour ne pas avoir à les porter par exemple.

Car dès que je mettais un pied en dehors du lit, il fallait que je porte mes lunettes, histoire de voir ou j’allais. Pour m’orienter en quelque sorte.

En fait, sans mes lunettes, je vis dans un monde… totalement flou.

Du coup, j’ai porté de tout en matière de montures. Rondes, ovale, carré, fluo, neutre, noir, orange. Les lunettes à la Harry Potter sont aussi passées par moi.

Et puis un jour, l’ophtalmologue a un peu révolutionné ma vie. Il m’a proposé de porter des lentilles de contact.

Au revoir, les gouttes d’eau sur les lunettes quand il pleut. Au revoir, la buée sur les lunettes quand on rentre dans une pièce chauffée alors qu’il faut très froid dehors. Au revoir, les lunettes qui glissent, qui font mal derrières les oreilles ou sur le nez. Au revoir les marques affreuses que font les lunettes sur les ailes du nez.

Alors, certes il a des petits inconvénients, comme le taux de larmes, le fait de bien se laver les mains avant chaque manipulation des lentilles, les poussières qui peuvent se glisser sous la lentille…

Mais personnellement je trouve cela tellement minime face aux avantages que me procure le port des lentilles de contact, que jamais je ne retournerais au port des lunettes quotidien.

Je peux me maquiller comme bon me semble, je n’ai plus de tic pour remonter mes lunettes car elles glissent sans cesse.

Alors merci, chères lentilles de contact.

Rendez-vous sur Hellocoton !

La jolie Paris.

14 Jan

6h30 : réveil aux aurores pour se doucher, petit-déjeuner, se laver les dents et vérifier le contenu de notre valise une dernière fois (j’ai souvent tendance à oublier des choses essentielles quand je pars en week-end). Lui et moi irons à la gare de Douai pour un week-end à Paris.

7h50 : arrivée à la gare de Douai, nous nous dépêcherons de trouver le quai où le train s’arrêtera.

7h55 : nous nous installerons confortablement dans les deux sièges moelleux du train pour une heure de voyage.

7h58 : le TGV démarrera et le commandant de bord nous souhaitera un agréable voyage au bord du train numéro 5196.

9h11 : le train arrivera à la gare du nord et nous nous presserons de sortir de la voiture du train afin de fouler le sol de la belle capitale française.

9h30 : puis nous irons prendre un taxi pour aller déposer nos valises à l’hôtel confortable de Paris que nous aurions réservé auparavant. On s’installera dans notre petit cocon pour 48heures.

10h00 : nous irons sans conteste voir la dame de fer, histoire de se mêler aux touristes (que nous serons) et de prendre en photos sous toutes les coutures la Tour Eiffel. Nous serions sans doute aborder par des vendeurs à la sauvette et j’achèterai quelques souvenirs parisiens.

11h00 : ensuite nous irons visiter le château de Versailles, ses jardins, ainsi que les châteaux de Trianon et le domaine de Marie-Antoinette.

13h00 : on hésitera entre Le camion qui fume et le Big Fernand pour aller déjeuner un bon burger. Finalement nous choisirions le Big Fernand. Au menu : un Big Fernand pour lui et un Bartholomé pour moi.

14h30 : puis nous irons visiter le Louvre. Je serais sous le charme de La Baigneuse de Jean-Auguste-Dominique Ingres.

16h00 : nous irons prendre un goûter chez Pierre Hermé. Il prendra un pain au chocolat & gianduja. Je prendrais les macarons Réglisse Violette et les Infiniment Caramel.

17h00 : nous irons nous promener au jardin du Luxembourg, écouter des concerts sous le kiosque à musique pour le bonheur de nos oreilles.

21h30 : on ira dîner dans le bistrot gourmand le Pantruche. On se régalera.

23h00 : retour à l’hôtel. Plus qu’une journée pour profiter de la jolie Paris…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Page 6 sur 66« Première...5678...2030...Dernière »